Recherches

 

Programmes de recherche

Les recherches d’Y. Schemeil se déroulent dans quatre cadres.

  • Celui du groupe de recherche « COGNI » suite au séminaire IC3P (implication, cognition, connaissances, compétence politiques) au laboratoire PACTE à Grenoble (deux contrats signés avec la direction de la recherche du MEN, et avec la direction de la recherche de la région Rhône-Alpes).

Onze personnes y travaillent depuis quatre ans (quatre CNRS, cinq universitaires, deux post-doc). La recherche se poursuit sous forme comparative avec des collègues turcs et suisses pour la passation en 2012 et 2013 dans leur pays des questionnaires réalisés par l’équipe en 2006 et 2007 puis 2009. La fin de ce programme est fixée à septembre 2015.  ACI connaître les connaissances politiques

Thèse en cours : Jérémy Bouillet, EDF et PACTE pacte-grenoble.fr/blog/bouillet-jeremy/

- « La négociation cognitive dans le dispositif d’enquête : l’enquêteur comme producteur de réponses ? », chapitre 7 dans Le raisonnement politique : comment les citoyens justifient leurs choix ?, sous la direction d’Yves Schemeil, Grenoble, PACTE (2013)
- « Parler politique sur Internet : Les questions d’énergie et d’environnement dans la campagne présidentielle », BOUILLET Jérémy, BRUGIDOU Mathieu, MOINE Michèle, dans 2012 La campagne présidentielle : Observer les médias, les électeurs et les candidats, sous la direction de Jacques Gerstlé et Raul Magni-Berton, Paris, L’Harmattan, p. 151-164 (2014)
- « Les économies d’énergie : un enjeu public face à des pratiques privées ? L’exemple de la région PACA », chapitre 4 dans Pratiques énergétiques, sous la direction d’Isabelle Moussaoui et Magali Pierre, Paris, Lavoisier (à paraître 2015)
- « Les citoyens ordinaires face aux discours de l’énergie : l’appropriation d’un problème public », sous la direction de Nathalie Ortar, ENTPE, (à paraître 2014), issu du colloque The Energy Transition: Real Issues, False Starts?, Lyon, 21-22 octobre 2013

  • Celui du groupe de recherche « OI/ organisations internationales », laboratoire PACTE, depuis 2009.Ce groupe réunit six doctorants, quatre collègues et des visiteurs étrangers de passage avec lesquels un travail conjoint est mené depuis plusieurs années, comme Bob Reinalda, de Nimègue ou Louis Bélanger de Laval). Un projet CIBLE (région Rhône-Alpes) sur les pays émergents dans les OIG a été financé pour 2012-2015. Voir PEACE_programme de recherche sur les émergents et http://ceriscope.sciences-po.fr/puissance/content/part4/un-ou-des-modeles-de-puissance-chez-les-emergents?page=show

Thèses en cours

  1. Clara Egger http://urgence.hypotheses.org/ ou http://www.pacte-grenoble.fr/blog/egger-clara/ (voir dernière publication dans la revue Etudes internationales : http://www.erudit.org/revue/ei/2013/v44/n1/1015120ar.html?vue=resume&mode=restriction)Clara Egger est lauréate du prix de recherche Fonds Croix-Rouge française pour ses travaux sur l’aide internationale et la gestion de criseLes prix de recherche Fonds Croix-Rouge française ont pour objectif de valoriser des travaux scientifiques à la croisée des disciplines dans un champ traditionnellement orienté vers les activités opérationnelles et pour lequel il existe peu de financements universitaires. Ouvert à toutes les disciplines et à toutes les nationalités, ils  sont décernés  à des travaux francophones de recherche fondamentale ou appliquée dans le domaine de l’action humanitaire, des politiques de développement ou de l’aide caritative internationale.

    Clara Egger s’est vu décerner ce prix pour ses travaux sur l’aide internationale et la gestion de crise. Il lui a été remis le 9 septembre à l’issue d’une table ronde participative traitant de la relation entre le monde de la recherche et celui de l’aide internationale.

  2. Elodie Convergne http://acuns.org/2013dissertation/ ou, pour plus de détails,  http://www.sciencespo.fr/ecole-doctorale/fr/content/2013-dissertation-award-de-lacademic-council-un-system Elodie Convergne a été récompensée pour avoir entrepris une thèse d’excellence sur l’ONU
  3. Joan Deas http://www.monde-diplomatique.fr/2012/08/DEAS/48030 et http://www.dandurand.uqam.ca/chercheurs/64-chercheurs/708-joan-deas.html
  • Celui du séminaire de réflexion sur « la pensée politique et sociale non occidentale » au sein du Collège d’Etudes Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris (2013-2014), avec Hiroshi Watanabe (Tokyo), Rajeev Barghava (Delhi), Charles Butterworth (Maryland) Jean Leca (Sciences Po), Tewfic Aklimandos (Le Caire). Voir http://penserglobal.hypotheses.org/category/sessions/jeudi-16-mai
  • Thèse achevée et publiée : Sebnem Cansun sur une comparaison de la politique de genre de l’AKP et du CHP en Turquie. Cansun

Les résultats de ces programmes de recherche ont été ou seront discutés dans les conférences suivantes :

Voir aussi Activités scientifiques collectives, où apparaissent aussi les relations de travail internationales.

A ces équipes s’ajoutent des travaux conduits dans d’autres cadres, en particulier dans le domaine des études comparatives et orientales

Au sein du Groupe de recherche sur le devenir des régimes politiques piloté par Eberhard Kienle à Pacte, cette piste de recherche qui fut la première empruntée a plusieurs embranchements : d’abord, des travaux conduits sur la longue durée en Asie de l’Est et du Sud Ouest (du Japon au Liban) ; ensuite des réflexions sur les sociétés méditerranéennes et leurs transformations récentes (du Maroc à l’Italie et à la Turquie). Dans les deux cas, le recours à des modèles explicatifs analytiques et historiques permet de renouer le fil d’une conceptualisation interrompue, ce qui raccorde ces travaux à ceux portant sur la pensée non occidentale. Les principes sur lesquels reposent ces recherches sont ceux de l’universalité des problèmes et de la diversité des solutions, au lieu d’un postulat de modernité ou d’authenticité ; des équivalences systémiques et fonctionnelles plutôt que des continuités et discontinuités historiques ; d’une combinaison de comparaison dans le temps et dans l’espace, dont le concept d’archéopolitique (forgé pour en rendre compte) restitue bien l’esprit.

Travaux en cours : le marchandage constitutionnel au Moyen-Orient afin de débloquer le cycle vertueux de la légitimation et de la croissance ; la force respective des institutions originelles d’un régime (qui survivent à leurs fondateurs même en période de profonds changements) comparée à celle des facteurs ethnologiques (comme l’endogamie et l’exogamie)

  • Thèse en cours : Mohammed Hachemaoui (HDR, Institutions politiques et syndromes de corruption, les pays arabes en perspective comparée
  • Thèses récemment soutenues : sur la reconversion de la génération qui a fait la guerre au Liban (Agnès Favier) ; sur les missionnaires turcs en Asie centrale (Bayram Balci) ; sur les générations démocrates en Turquie (Nicolas Monceau) ; sur les politiques de genre de l’AKP et du CHP en Turquie

Valorisation de la recherche

Toute recherche, aussi fondamentale ou théorique soit-elle, peut avoir des retombées pratiques. Ses résultats méritent souvent d’être communiqués à une audience plus large, par des voies qui ne sont pas exclusivement académiques.

Les conférences faites devant des publics variés jouent ce rôle, de même que les entretiens accordés à des médias, ou des propos tenus sur l’actualité.

Sur le printemps arabe : http://podcast.grenet.fr/podcast/la-question-de-la-democratisation-en-egypte/

 

2 réponses à Recherches

  1. Je suis Emmanuel KANDATE de la RDCongo. Fondateur d’une organisation de recherche RISD(Research Initiatives for Sociol Development) qui fixe comme objectif global de contribuer à la paix et au développement socio-économique par la recherche. Spécifiquement, RISD veut:
    - Identifier des problèmes dans les sociétés contemporaines ;
    - Collecter des données qualitatives et quantitatives à usage scientifique ;
    - Collecter les données qualitatives et quantitatives de base utiles à la gouvernance des ressources naturelles ;
    - Evaluer les projets de développement des organisations gouvernementales, non gouvernementales, intergouvernementales et internationales ;
    - Faire le monitoring des projets de développement ;
    - Donner des leçons pour la mise en œuvre future des projets de développement ;
    - Faire les sondages d’opinion sur toutes les questions visées par la recherche ;
    - Former et recycler les chercheurs ;
    - Faire des études prospectivistes,
    - Fournir des ressources humaines qualifiées et compétentes dans la recherche des solutions à impacte rapide et durable aux organisations gouvernementales, non gouvernementales, intergouvernementales et internationales en besoin de service ;
    - Effectuer des plaidoyers auprès d’autres acteurs en vue d’attirer leurs attention et implication dans les actions à mener au profit des populations vulnérables ;…
    JUSTIFICATION DE L’ORGANISATION RISD

    Bon nombre de sociétés contemporaines, en général, dont la République Démocratique du Congo, en particulier traversent une conjoncture socio-économique précaire. L’instabilité politique que connait la RD Congo depuis plus de trois décennies, a un impact négatif sur les conditions de vie des populations.Les conflits armés récurrents depuis les années 90 n’ont fait qu’exacerber l’impact négatif de la crise sur les plans sécuritaire, politique, socio-économique ainsi que sur le développement social et la gouvernance des Etats. La mauvaise gouvernance des ressources naturelles a certes contribué à la destruction du tissu social, d’une part, et au déséquilibre entre l’humain et son environnement, d’autre part.
    La recherche scientifique comme moyen d’identification des problèmes n’a pas été suffisamment exploité par les acteurs impliqués dans la quête des thérapies aux problèmes de sous-développement dont la haine, les traumatismes, la pauvreté, la mort, la discrimination, la xénophobie, la faim, le manque d’eau, le manque d’énergie électrique, le manque d’infrastructures sociales de base, l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables,…
    A ce stade, la justification n’est plus à démontrer ; cependant, trois raisons essentielles sont à la base de la mise sur pied de la RISD dont :

    1. Un besoin de chercheurs locaux pour la mise en œuvre des projets de recherche-évaluation: Dans plusieurs pays dont la RDC, il existe en ce moment un afflux de projets de développement et de recherches financés. Ces fonds proviennentà la fois des bailleurs désireux de connaitre les impacts de leurs projets d’aide au développement, ainsi que d’Universités motivés par des questions scientifiques d’ordre socio-économique.Il se pose une forte demande de chercheurs qui se heurte à l’absence des ressources humaines qualifiées sur place. Les personnes aptes pour implémenter des collections de données sont rares, c’est pourquoi la RISD (Research Initiatives for Social Development) se propose de briser ce gap pour alléger la tache aux organisations qui ont besoin d’obtenir des équipes à des niveaux acceptables. BONNE !

    2. Des équipes avec formations et expériences unique à la recherche

    Les ressources RISD ont reçu plusieurs formations (méthodologie de recherches, utilisation des équipements de collecte tels que TABLETTE, PDA,GPS,THURAYA, PHOTOS, LOGICIEL(SPPS, ODK, Magpi, Survey CTO, KoboToolkit) et ont une expérience avérée dansla collection de données (qualitatives et quantitatives auprès des ménages, individus, leaders locaux, dans des focus group et réunions communautaires, etc) dans des conditions extrêmement difficiles et dans des zones à haut risque en sécurité et en accessibilité.
    3. Recours à la recherche scientifique pour comprendre et résoudre les problèmes sociaux
    La recherche scientifique comme moyen d’identification des problèmes n’a pas été suffisamment exploité par les acteurs impliqués dans la quête des thérapies aux problèmes de sous-développement dont la haine, les traumatismes, la pauvreté, la mort, la discrimination, la xénophobie, la faim, le manque d’eau, le manque d’énergie électrique, le manque d’infrastructures sociales de base, l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables,…

    De ce qui précède, je sollicite auprès de tout ce qui me lisent de contribuer à l’avancement des recherche au Congo et dans la region des Grands Lacs Africains où nous intervenons en nous facilitant la mise en contact avec des chercheurs européens et du monde désireux d’intervenir en Afrique surtout.
    Merci et bonne compréhension.

Répondre à Emmanuel KANDATE MUSEMA Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>